Tuesday, December 16, 2014

What if we killed death? - Dr. Laurent Alexandre

 « Et si » on tuait la mort ? Le nouveau défi de Laurent Alexandre, premier speaker de l'Imagination Week 2014.

--- English Version Below ---

Chirurgien-urologue, diplômé de Sciences Po, de HEC et de l’ENA, pionnier d’Internet, marathonien, fondateur de Doctissimo et aujourd’hui président de DNAvision : Laurent Alexandre, auteur de « La mort de la mort », semble n’avoir aucune limite.
 
« Bonjour, je vais vous parler aujourd’hui du tabou ultime : notre mort. Quand allons-nous mourir ? ». C’est par ces mots chocs que Laurent Alexandre ouvrait en 2012 une conférence TEDxParis sur la thématique « Le recul de la mort : vers une immortalité à brève échéance ». Après un parcours des plus impressionnants, Laurent Alexandre préside DNAVision depuis 2010. Cette société implantée en Belgique, leader en Europe dans le domaine de la médecine personnalisée et dans l’analyse ADN, se veut un centre de référence pour les analyses génétiques et concentre son activité sur le séquençage individuel de l’ADN. Demain, la possibilité de prévoir des maladies ou de repousser notre espérance de vie semble possible.
 
L’espérance de vie va-t-elle reculer, stagner, augmenter lentement ou exploser très rapidement, vers l’infini ? Selon Laurent Alexandre, « la donne technologique est en train de changer, et va nous permettre de lutter contre la mort, la vieillesse et la maladie ». Ce notamment grâce à quatre lettres : NBIC. Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique et Cognitique. « Si le premier séquençage intégral de l’histoire a coûté trois milliards de dollars et sollicité 20 000 experts internationaux pendant treize ans, la Nature exponentielle des progrès informatiques a vite fait chuter les coûts. Nous en étions à un million et demi de dollars en 2007. Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous sommes passés sous la barre des 1 000 dollars en 2013. Jusqu’où cela ira-t-il ? », s’interroge Laurent Alexandre.
 
Oublier la politique, repenser technologie
 
Certes, il a fait Sciences Po et l’ENA, mais Laurent Alexandre n’hésite pas à affirmer que nous devons mettre de côté la politique. « En France, il faut que l’on se réintéresse à la technologie. Nous devons arrêter de ne penser qu’à la politique et mesurer l’importance de la thématique technologique sur l’avenir de l’humain ». Franc-parler et pragmatisme semblent le caractériser, pour preuve, cette interview accordée à Libération en mai 2013, dans laquelle il dénonce le « délire de précaution » français et européen, qui nous fait « prendre un retard peut-être irrattrapable », ou lorsqu’il explique que ses enfants pratiquent le français, l’anglais et le portugais car « le Brésil sera la quatrième puissance mondiale ».
 
Les objectifs sont donc ambitieux, et clairement affichés. D’ailleurs, si Laurent Alexandre participe à l’Imagination Week, c’est bien avec le désir que les étudiants soient « sensibilisés à ces problématiques du bien-être et du développement humain, auxquelles ils seront confrontés tout au long de leur vie professionnelle et personnelle ». Et autant dire que si nous continuons à gagner trois mois d’espérance de vie en moyenne chaque année, cela peut durer encore longtemps…
 
 
--- English Version --- 
 
What if we killed death? Laurent Alexandre´s latest challenge
 
Laurent Alexandre is a urological surgeon, graduate of Sciences Po, HEC and ENA, Internet pioneer, marathon runner, founder of Doctissimo, and today President of DNAvision: for the author of “La mort de la mort” [the death of death], there seems to be no limits.
 
“Hello, today I am going to talk to you about the ultimate taboo: our death. When are we going to die?” These are the powerful words used by Laurent Alexandre in 2012 for the TEDxParis conference on the theme “postponing death: towards immortality in the short term.” After an impressive career, Laurent Alexandre has been at the head of DNAVision since 2010. This Belgium-based company, renowned as the European leader in personalized medicine and DNA analysis, would like to see itself as a center of reference for genetic analysis. Its main activity focuses on individual DNA sequencing. Predicting diseases or raising life expectancy now seem tangible possibilities in the future.
 
Will life expectancy rise, stagnate, grow gradually or rapidly explode towards infinity? According to Laurent Alexandre, “today´s technological order is about to change, and we will be able to fight death, old age and illness.” And this will be possible thanks to four letters: NBIC. Nanotechnology, Biotechnology, IT and Cognitics. “If the first complete sequencing in history cost three billion dollars and mobilized 20,000 international experts over a period of thirteen years, the exponential nature of progress in computer technologies has drastically reduced costs. By 2007, this cost was down to one and a half million dollars. And as incredible as this may seem, by 2013, it had dropped below 1,000 dollars. How far will this go?” wonders Laurent Alexandre.
 
Forget politics, think technology
 
Despite his studies at Sciences Po and ENA, Laurent Alexandre firmly states that politics should be left aside. “In France, we have to get interested in technology again. We have to stop thinking in terms of politics and measure the importance of technology in the future of the human being.” Outspoken and pragmatic are the words that describe him best, as can be seen in an interview for the newspaper Libération in Mai 2013, in which he criticized the French and European “frenzy of precaution”, which puts us at risk of “falling irremediably behind”, or when he explained that his children speak French, English and Portuguese, because “Brazil will be the fourth world power.”
 
His goals are both ambitious and clearly stated. And if Laurent Alexandre has accepted to join us for the Imagination Week, it is with the hope of “raising awareness among students regarding the issues of well-being and human development, which they will have to face throughout their professional and personal lives.” And if we keep on gaining an average of three months of life expectancy every year, they might last a while....
Subscribe to NBIC News